+33 (0)6 07 48 51 94

contact[at]carlosayesta.fr

Carlos Ayesta, né à Caracas au Venezuela en 1985, travaille en tant que photographe indépendant à Paris, entre autre pour des suivis de chantiers et photographies d'architecture. Il est membre du studio Hans Lucas depuis 2015. En 2017, il a remporté le Prix Découverte des rencontres Arles, avec son travail artistique autour de Fukushima.
Carlos Ayesta travaille depuis 2013 pour l'EPADESA, réalisant alors un travail d'architecture sur corde dense, et continue à collaborer avec l'établissement pour des projets de suivis de chantiers et photographies d'architecture. Il est également photographe attitre pour l'Epaps, depuis plus de 3 ans, dans le cadre des chantiers du nouveau pole scientifique Paris - Saclay: Evolution des chantiers, vues depuis les grues, opérations spéciales.
Il a réalisé deux livres institutionnels dont le premier pour 3F, dans le cadre de la célébration de la construction de leur 200000ème logements, effectué sur l'ensemble du territoire, orienté sur l'architecture variée de 3F, dont des bâtiments classés.
Artistiquement, Lauréat SFR jeunes talents en 2012, Carlos Ayesta a été expose au forum des Halles et à la Mairie de Paris, dans le cadre de l'exposition « Doisneau-Paris Les Halles ». En 2011, il commence un travail collectif autour de la thématique de l'accident nucléaire de Fukushima avec le photographe Guillaume Bression. Ce travail a été exposé dans de nombreux festivals, en France ou à l'étranger (festivals « Circulation(s) »,  « Photaumnales » « Getxo photo » dans la région de Bilbao, au festival « Athens Photo Festival » « Landskrona Foto Festival »)dans des galeries (« galerie 7 », « fait et cause », galerie « Le 247 ») il a donné lieu en 2016 a une rétrospective à Tokyo dans l'espace « Chanel Nexus Hall » et a été approuvé par les professionnels en obtenant le Prix Découverte d'Arles en 2017. L'exposition qui aborde 6 thématiques différentes autour de l'accident nucléaire de Fukushima, continue à tourner (Pérou, Chine, etc.) et est paru en livre « Retracing our steps » avec les editions Kherer Verlag.
Pour la BNP, il a effectue un reportage en argentine sur l'innovation agricole, dans le cadre du projet «The Wave» à la Villette à Paris, participant ainsi à l'édition du catalogue et é l'exposition. En 2016, il est choisi par la résidence artistique « l'Harponneuse » pour réaliser un travail photographique en Normandie, exposé également.
 

Carlos Ayesta

Based in Paris (France)

archivesee portfolio

Portraits ECS-screening

Portraits des collaborateurs ECS-screening

LES ÉPHÉMÈRES 2

Qu'y a t'il de plus fragile, du skieur ou de la montagne? Nous sommes des millions, à revenir chaque année virevolter sur la neige, effleurant à peine la surfac (...)

3F immobilier - Livre

25 ensembles immobiliers de sociétés 3F illustrant la diversité, la créativité et la qualité de ce patrimoine. Un beau livre, pour célébrer la construction du 2 (...)

(re) Nouveaux départs

Depuis 18 mois, Mustapha vit, erre dans les entrailles des halles, et dort dans un des recoins de son parking. Parenthèse de vie, chagrin d'amour, séparation d (...)

L'Effacement - Fukushima

Une nature luxuriante et inquiétante, quelques années après la catastrophe nucléaire de Fukushima...

Le Dernier Voyage

Dans les coulisses des métiers du funéraire

Revenir sur nos pas - Fukushima

Les plus de 80 000 habitants évacués des alentours de la centrale nucléaire de Fukushima ont tous un jour eu cette tentation : revenir voir leur maison, leur éc (...)

À FRONT RENVERSÉ

Des pin's, des badges, des affiches, des briquets, le Front National a une multitude d'objets de propagande. Avec une pointe d'ironie, ces produits trouvés sur  (...)

Les éphémères

Qu'y a t'il de plus fragile, du skieur ou de la montagne? Nous sommes des millions, à revenir chaque année virevolter sur la neige, effleurant à peine la surfac (...)

A no man's land - Fukushima

Un no man's land de 1000 kilomètres carré aux alentours de la centrale de Fukushima. Cette zone morte est certainement la trace la plus brutale et la plus visib (...)

Cordistes

Des centaines de techniciens cordistes travaillent chaque jour sur les hauteurs de Paris. Leur métier : tout faire, réparer, sécuriser, nettoyer? suspendu à une (...)

Contre jours

Je n'avais jamais mis les pieds ici, pourtant j'ai eu l'impression étrange de connaître déjà ces lieux. Je me suis alors rappelé de ce rêve, lointain : c'était  (...)

Ces jours-ci

Ces jours-ci à Paris: rien n'est normal, tout est soumis à la nouvelle donne de peur et d'angoisse imposée par les terroristes.