Twitter Instagram Facebook Vimeo RSS
Recherche avancée  
account
 
 
Forgot your password ?

Benjamin Filarski / Photography

Bialowieza is not for sale  /  Texte / Planche / Slide

Commander un tirage

Depuis mai 2016, la forêt de Bialowieza en Pologne fait l'objet de coupes massives. Sur le terrain, plusieurs dizaines de défenseurs de l'environnement, indépendants de toute organisation, font face aux gardes forestiers venus des quatre coins du pays pour encadrer le bon déroulement des coupes. C'est dans une ancienne école du village de Teremiski, au beau milieu de la forêt, que les écologistes ont établi leur quartier général depuis lequel ils coordonnent leurs actions pacifiques afin de freiner la déforestation en cours et pour alerter l'opinion publique.

Pour justifier l'abattage des arbres, le Ministre de l'environnement Jan Szyszko prétexte des «coupes sanitaires», une grande partie des épicéas étant affectés par l'invasion de scolytes. De l'autre côté, la Commission Européenne dénonce la mise en péril de la faune et la flore dans la plus ancienne forêt primaire d'Europe inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1979. Parallèlement, le comité du patrimoine mondial a demandé aux autorités polonaises de «maintenir la continuité et l'intégrité de la forêt ancienne protégée et de cesser immédiatement tout abattage et exploitation forestiers.»

En juillet dernier, la Cour de Justice de l'Union Européenne a «ordonné la cessation immédiate de l'exploitation forestière» ce qui n'a pas empêché le Ministre de l'environnement polonais de maintenir sa position. Mardi 17 octobre, Jan Szyszko a cette fois-ci déclaré devant la CJUE que les coupes étaient d'ordre de sécurité publique. L'affaire est une fois de plus reportée et la décision de justice devrait avoir lieu avant la fin de l'année. Pendant ce temps, les abatteuses continuent de travailler et la forêt perd chaque jour de sa densité.