Twitter Instagram Facebook Vimeo RSS
Recherche avancée  
account
 
 
Forgot your password ?

Benjamin Filarski / Photography

Les stigmates du séisme  /  Texte / Planche / Slide

Commander un tirage

Le 25 avril 2015, le Népal vivait une des pires catastrophe naturelle de son histoire. Détruisant un demi-million d'habitations, le séisme de magnitude 7.8 couta la vie à près de 9000 personnes. Suite à l'urgence invoquée par le gouvernement, la communauté internationnale avait débloqué quelque 4,1 milliards de dollars. 

Deux ans après, le Népal peine à se reconstruire. Nombre de sinistrés du tremblement de terre n'ont toujours pas reçu l'aide promise par le gouvernement. À Sindhupalchowk, district le plus touché par le séisme (3425 morts, soit plus de 40% des décès) les maisons en pierre ont été remplacées par des baraquements en tôle. Néanmoins, certaines constructions en dur ont vu le jour, notamment grâce aux ONG à l'instar de la Dhurmus Suntali foundation qui a bâti 65 maisons dans le petit village de Giranchaur.

Dans la capitale, le camp pour sinistrés de Chuchepati s'est transformé en bidonville accueillant non seulement les survivants du tremblement de terre, mais également les gens pauvres n'ayant pas les moyens de payer un loyer.