Twitter Instagram Facebook Vimeo RSS
Recherche avancée  
account
 
 
Forgot your password ?

Alexis Pazoumian / Photography

Culturisme amateur  /  Texte / Planche / Slide

Commander un tirage

Voici un monde qui nous était totalement étranger : le « Culturisme Naturel », un sport basé sur un principe de développement physique et de culte du corps. Pour les adeptes, l'objectif c'est d'atteindre la perfection musculaire, sans l'aide de techniques susceptibles d'entraîner une modification de la physiologie : produits chimiques, opérations... 

C'est après plusieurs échanges avec la fédération FFHMFAC et certains athlètes, que nous avons pu enfin intégrer ce milieu et assister aux qualifications. En arrivant à Mantes-la-Jolie, pour la première phase des qualifications, nous avons vraiment pris la mesure de cet univers particulier et visuellement impressionnant.

Afin d'accéder à la final de ces championnats de France 2015, un athlète doit d'abord réussir sa préparation physique (régime et entrainement) pendant plusieurs mois afin de présenter un corps tout en muscle et en fibre, sans eau et sans graisse. 

Cette préparation demande des sacrifices énormes : financiers, sociaux, professionnels, personnels, psychologiques et physiques. Mais visiblement, les athlètes sont habités par cette passion. Être culturiste est un sacerdoce, 2h par jour, 7 jours sur 7 ; les entrainements s'enchaînent et ne doivent jamais être pris à la légère. Ils leurs arrivent parfois de s'entrainer la nuit avant d'aller au travail. Le régime est coûteux, contraignant et met les corps à rude épreuve : manque de glucides, fatigue, pression artérielle...

L'athlète va d'abord passé par des championnats régionaux. Les qualifications d'Ile de France se sont déroulées dans un Gymnase à Mante la Jolie, celles en région sont réparties sur le territoire (les qualifications Nord ont eu lieu à Calais). 

C'est le passage obligé pour enfin atteindre la finale qui se déroulait à Lormont pour cette année 2015. Ce sont des compétitions sans prétention qui se déroulent dans des gymnases préparés pour l'occasion : une scène, des chaises disposées devant, un stand pour la nourriture, un autre pour les produits dérivés. Les familles, les amis, se retrouvent pour supporter leurs champions après plusieurs mois de soutien durant la préparation.

Pas de sponsors, pas de dotations ou de grosses récompenses, seulement une médaille et une coupe pour les gagnants. Ici s'est surtout des mois d'efforts qui sont récompensés par la reconnaissance et le respect des autres compétiteurs et des anciens. Celui qui veut faire du culturisme pour épater la galerie n'a rien compris à la philosophie de ce sport.

Cette fédération ne dispose que de très peu de moyens financiers la plus part du temps venant de subventions et ne génère pas une économie suffisante pour soutenir les athlètes ni même développer un réseau professionnel. 

Les athlètes financent donc eux même toute leur préparation, leurs déplacements, frais de transports, logements et inscriptions. Pour chacun cet investissement financier est énorme, pour la plupart d'entre eux, cela représente une partie majeure de leurs économies. 

Même si le titre de champion de France et vice champion permet d'accéder aux championnats d'Europe et parfois du Monde, il reste très compliqué, voir même impossible pour ces champions de s'autofinancer et ainsi de continuer l'aventure.