1 / 46
slider mode (46)sheet mode (46)fullscreen mode (46)

 

Axelle de russé

Bulgarie: les dessous du textile

→  commander un tirage papier

Huit heures par jour pour quelques euros à peine... Maria et Seika cousent des boutonnières et des manches en série, sur des vestes Hugo Boss ou des t-shirt Disney. Elles ne sont ni Cambodgiennes, ni Indiennes mais vivent en Europe, en Bulgarie. Après le scandale du Rana Plaza, les marques occidentales ont rabattu une partie de leur production en Europe de l?Est, et notamment en Bulgarie. Là-bas, elles bénéficient d?une
meilleure image avec des vêtements «made in Europe», de transport moins longs et moins coûteux, de coûts de production moindres grâce à des taxes et des salaires peu élevés. Surtout dans le pays le plus corrompu d?Europe, beaucoup d?entreprises travaillent dans l?illégalité, ce qui réduit encore considérablement les coûts. Pourtant au regard du niveau de vie, avec un salaire minimum de 200 euros et de nombreux salariés non déclarés, les conditions de travail des ouvriers textile sont aussi difficiles.